Kesiena, le chemin et la trace

/ March 16, 2013 / admin

Symboliquement ou radicalement, l’album de Kesiena s’ouvre sur On My Way, balade cristalline et dépouillée, éclatante, à la fois lumineuse et candide. Ce premier titre révèle tout, dévoile instantanément la personnalité du Nigérian en mêlant habilement le folk et la soul, le feu et l’âme.

 

D’autres avant lui ont trouvé dans ce mélange les ingrédients d’un cocktail à haute teneur émotionnelle, de Bill Withers à Terry Callier. Kesiena fait de On My Way une introduction en guise de feuille de route, une invitation au voyage et une carte de visite.C’est sur ce morceau qu’il a fait ses armes, première composition aboutie et titre-phare de son premier album, It Was All Written.Les autres instruments entreront plus tard, toujours en place, à leur place, mais vaguement encombrants.

 

Dans ce Nigeria presque acoustique s’illustrent déjà Asa, Ayo et Keziah Jones, brelan d’as dans lequel tente de s’immiscer Kesiena, qui joue avec les codes des années 70, quelque part entre la Motown, le rock psychédélique et le folk de Neil young. Pas étonnant donc s’il cite parmi ses influences le blues électrique de Muddy Waters, Ben Harper et les Doors. Et comme pour Morrison qui ouvrait les portes de la perception en citant Huxley, Kisiena ne fait que “révéler ce qui existait déjà”. C’est là tout le sens de It Was All Written, jouer dans la cour des grands en suivant la trace qui existait précédemment. Un voyage, certes, mais balisé.

Share

Category: album review

Comments are closed.